Artistes invités

© Antoine Saba

Isabelle Druet

Isabelle Druet estl'une des mezzo-sopranos les plus appréciées de sa génération. Elle passe avecun égal bonheur de l'opéra au récital et traverse les siècles de Monteverdi àEscaich avec une aisance déconcertante.

Révélation aux Victoiresde la musique 2010, Rising Star 2013, lauréate du prestigieux Concours ReineElisabeth en 2008, Révélation Adami 2007, elle fait ses premières armes au théâtreet dans les musiques actuelles et traditionnelles avant d'intégrer le CNSMDPdont elle sortira avec un premier prix de chant à l'unanimité et les félicitations du jury. S'ensuivent rapidement desengagements dans les plus grandes maisons d'opéra et auprès des ensembles lesplus reconnus.

Sa riche voix demezzo-colorature et son don des planches la conduisent naturellement vers lerôle emblématique de Carmen, qu'elle a chanté à maintes reprises à l'opéra deDüsseldorf ainsi qu'aux opéras de Nancy, Metz et plus récemment Saint-Etienne.Parmi ses nombreux autres rôles à la scène, citons le rôle-titre de L'Italianna in Algeri à Metz, la Didon de Purcell àl'Opéra Royal de Versailles, le rôle-titre de La Grande Duchesse de Gerolstein d'Offenbach à l'Athénée LouisJouvet et en tournée, l'Orphée de Gluck à Limoges, Conception (L'heure espagnole de Ravel) à Lyon, Orlovsky (Die Fledermaus de J.Strauss)à l'Opéra du Rhin,Melanto et Fortuna (Il Ritornod'Ulisse in Patria) au Théâtre des Champs-Elysées et à l'Opéra de Dijon, Babala Turque (The Rake's Progress) aux opéras de Nice, Caen, Reims, Rouen, Limogeset au Grand Théâtre du Luxembourg ou encore Tisbé (La Cenerentola) à l'Opéra deParis.

Hector Berlioz occupe également uneplace privilégiée dans la carrière d'Isabelle Druet depuis plus de 10 ans. Elledonne régulièrement les Nuits d'été avec orchestre, piano, quatuor et ensemblesde musique de chambre. Les héroïnes berlioziennes semblent écrites pour savoix, ainsi elle donne vie à Béatrice, Cassandre et Didon sous la baguetteexperte de François-Xavier Roth au Festival Berlioz et à l'opéra de Köln.

Isabelle Druet poursuiten parallèle de l'opéra une intense carrière de concertiste et est régulièrementinvitée par L.Slatkin, R. Jacobs, F-X Roth, J-F Verdier, auprès d'orchestresprestigieux tels le Detroit Symphony Orchestra, les Berliner Barocksolisten,l'Orchestre national de Lyon, le Gurzenich Orchester, le BBC National Orchestraof Wales et ses complices de longue date, l'orchestre Les Siècles.

Amoureuse de la musiquebaroque, elle se produit auprès d'ensembles comme Le Poème Harmonique, LeConcert d'Astrée, Le Concert Spirituel, Akamus ou les Arts Florissants.

Au récital, c'est auxcotés d'Anne Le Bozec, Georges Pludermacher, Vanessa Wagner, JohanneRalambondrainy, Stéphane Jamin ou du quatuor Giardini, qu'elle se produit surles scènes du Het Concertgebouw d'Amsterdam, du Symphony hall de Birmingham, duPalais des Arts de Budapest, des Philharmonies de Paris, Berlin, Hambourg etKöln, du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles...

Son premier récital de mélodiesfrançaises Jardin Nocturne chez Aparté, Shéhérazade et L'HeureEspagnole de Ravelchez Naxos avec L'ONL, ses nombreux enregistrements avec le Poème Harmonique chezAlpha ou encore son récital ShakespeareSongs chez NoMAd avec Anne Le Bozec ont été unanimement salués par lapresse.

Parmi les projets desmois à venir, citons Cassandre dans Les Troyens à l'Opéra de Köln, Marie dans L'Enfancedu Christ au Festival des Pierres Lyriques de Pau puis avec l'OrchestreNational des Pays de la Loire à Nantes et Angers, un récital baroque autour deFirenze avec Pulcinella et Ophélie Gaillard, la Petite messe solennelle deRossini avec l'Orchestre National de Metz, des concerts avec l'Orchestre VictorHugo Franch-Comté ainsi que des reprises de Coronis, zarzuela baroque espagnoleet de Mon Amant de Saint Jean avec le Poème Harmonique.

 

"Chaque apparitiond'Isabelle Druet sur un plateau d'opéra est un moment de bonheur."Télérama –Gilles Macassar

« Un don des planches époustouflantchez Isabelle Druet, la voix est solaire, puissante et ronde, toujours mise auservice de la musique et de l'intention théâtrale.» La Libre Belgique - MartineD. Mergeay

Merci ! Votre email a bien été envoyé.
Oops! Une erreur s'est glissé quelque part...